• "- Je t'aime, Xénia.

    Et ce fut comme une déchirure dans le cœur de la jeune felle, un sanglot étouffé, le frôlement d'une aile noire. L'amour d'un homme est quelque chose de magnifique et effroyable à la fois, parce qu'il porte en lui toute l'âpreté de l'espérance, les blessures de l'enfance, le fardeau d'un passé, les trahisons et les rêves inassouvis, et tous les mirages, les aubes des lendemains, les certitudes. Ce n'est plus le corps qui se dénude, mais l'âme qui se dépouille. C'est un acte de foi que de donner un amour, une geste de bravoure que de l'accepter, car il faut alors renoncer à une part de soi et consentir à baisser la garde afin de laisser venir à nous ce qui nous est étranger, même si l'on croit s'y reconnaître. Or, ce jour-là, alors qu'une pluie fine commençait à ruisseler sur les vitres de l'atelier, que la luminosité se voilait, estompant les contours des objets et brouillant les pistes, Xénia Féodorovna s'aperçut qu'elle manquait de de courage. Elle resta silencieuse, la gorge nouée, tandis que les mains chaudes de son amant enserraient ses joues glacées. La jeune femme se sentait lâche et indigne de lui, elle se sentait mutilée, orpheline de cœur, elle se sentait perdue."

    La louve blanche, Teresa Révay


    votre commentaire
  • "A l'époque, ils s'étaient dévisagés avec effroi, comme s'ils pressentaient quelque chose de grave. Leurs doigts s'étaient entremêlés, puis Max avait serré Xénia contre lui. L'un et l'autre avaient compris qu'il ne fallait pas laisser grandir entre eux cette fissure inconcevable qui venait du néant. Alors que la pluie crépitait sur les toits de Paris, qu'une odeur de soufre s'élevait des trottoirs, ils s'étaient aimés avec avidité, trop fiers, trop orgueilleux pour douter d'eux-mêmes. Ils avaient eu les certitudes de la jeunesse qui sont, avant tout, celles du corps, de ses parfums et de ses vertiges, de cette insolente griserie d'aimer. Xénia avait cherché à se faire pardonner de ne pas être digne de Max, de ne pas pouvoir répondre à cette déclaration dont elle mesurait la valeur, tandis que lui avait voulu la rassurer, refusant d'admettre qu'elle l'avait blessé. Confusément, il avait deviné qu'il l'aimait déjà au-delà de ses pudeurs, de ses silences, qu'il l'aimait pour elle et non pour lui, et la puissance de son amour pour Xénia lui avait fait presque peur, lui qui n'espérait que l'insouciance."

    La louve blanche, Teresa Révay


    votre commentaire
  • "Ils s'inventaient des respirations, alors que leurs souffles et leurs salives se mêlaient. Ils prenaient leur temps, alors que le temps n'existait plus. De leurs peau humides et moirées s'élevaient des parfums inédits, puissants, musqués, des senteurs qui parlaient du désir de se fondre l'un dans l'autre, de pénétrer et de recevoir. Leur quête ne connaissait ni honte ni pudeur, leurs mouvements se révélaient souples et harmonieux alors que montait une ferveur grandissante, un appétit rebelle, et venait la violence d'une morsure, des ongles qui griffaient une épaule, laissant sur l'épiderme des marbrures rouges, car il n'y a rien d'anodin à se donner ainsi l'un à l'autre. Au fur et à mesure que la fièvre s'emparait d'eux, que la sueur coulait sur leurs flancs, ils devinaient confusément qu'ils étaient en train de se marquer à jamais, que chaque geste, chaque baiser, chaque blessure les attachait l'un à l'autre de manière inéluctable, et comme il était trop tard pour reculer, ils se laissaient porter, et il y avait là du courage aussi, tandis que leur désir se transformait par une étrange alchimie de tendresse, d'écoute et d'ardeur."

    La louve blanche, Teresa Révay


    votre commentaire
  • "Entre eux, l'attirance jaillit, viscérale, pleine  et entière. Ils restèrent figés, leurs regards rivés l'un à l'autre, presque effarouchés. Lorsque deux corps  se désirent, ils se reconnaissent d'emblée. Les peaux brûlent soudain de se connaître et tout ce qui les sépare devient insupportable. L'instant reste suspendu, incandescent, à la fois magnifique et terrible. De l'autre, on veut tout, immédiatement, une reddition absolue, d'où cette violence du baiser qui parfois devient morsure, parce qu'il faut à la fois posséder, étreindre, embrasser, à commencer par le visage et les lèvres bien sûr, la bouche en premier, toujours, pour goûter la peau de l'autre devenue irrésistible, découvrir sa saveur particulière et unique, le parfum de sa chair, et surgit au même moment comme une angoisse, un tourment désordonné, alors que l'exigence résonne au creux des veines."

    La louve blanche, Theresa Révay


    votre commentaire
  • "- Ta mère avait de nombreux défauts, dit Agatha. Elle était parfois égoïste, toujours têtue, d'un sans-gêne qui dépassait les bornes, mais Dieu qu'elle était courageuse. Elle se serait battue avec le ciel si sa couleur lui avait déplu, et je l'admirais pour cela. Tout ce qu'elle a fait dans sa vie, de bien et de moins bien, c'est par amour pour toi, pour que tu vives dans un monde meilleur que le sien, que ton enfance ne connaisse pas la peur de la folie des hommes, de la violence et de la répression, pour que tu puisses mener la vie d'une femme libre de décider de son avenir, à l'égal des hommes. C'est pour toi, qu'elle a mené toutes ces batailles Mais parfois, le courage saute une génération... Alors, en son nom, je t'en prie, ne te satisfait pas d'une petite vie tranquille. Lutte pour un idéal, et quand bien même tu mènerais des combats de Don Quichotte, cela en vaudrait toujours la peine. Si tu croises la route de quelqu'un qui souffre, ne passe pas ton chemin, si tu rencontres quelqu'un qui a faim dans la rue, c'est à toi qu'il incombe de mettre un terme à cette abomination, si tu vois un homme se faire malmener parce que sa peau est d'une autre couleur que la tienne, deviens caméléon, quant à ceux qui te diront qu'il n'existe de Dieu que le leur, rappelle-leur que c'est Lui qui a créé le monde en couleurs et l'a paré de tant de diversité. Sois gardienne de ta dignité autant que de celle des autres. L'injustice et le mal se propagent dès que les gens de bien renoncent. La vraie laideur consiste à faire semblant, et à tolérer l'ignoble."

    Une autre idée du bonheur, Marc Lévy


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique